Philippe Miras, docteur en chirurgie dentaire et formateur en hypnose (interview)

philippe mirasDocteur en Chirurgie Dentaire, diplômé d’occlusodontologie de la faculté de Marseille, Philippe Miras est un formateur reconnu en hypnose. Sa spécialité ? La transmission de techniques d’inductions hypnotiques qui provoquent des transes rapides, comme la rupture de pattern (vidéo plus bas). Il a également introduit en France le SWAN, un protocole rapide de transe partielle.

Philippe Miras : formateur en hypnose rapide

Philippe Miras intervient auprès de l’AFNH (association française de nouvelle hypnose)  à Marseille, où il forme à l’hypnose les professionnels de la santé et des métiers de l’accompagnement. Il a également été enseignant à l’ARCHE pendant plusieurs années. Depuis 6 ans, Philippe Miras dispense également des formations au sein de Clinic-All à Lyon l’un des plus grands centre de formation de dentistes de France. Pour enrichir ses enseignements, il fait intervenir les grandes figures de l’hypnose en France comme Laurent Bertin, Jean Dupré ou encore Jean Rausis.

Philippe Miras et le don d’ubiquité

Pourtant très occupé, il a trouvé le temps de nous recevoir autour d’un déjeuner, partagé à quelques minutes de son cabinet : un honneur ! La journée, il est chirurgien dentiste dans son cabinet de Marseille. Pourtant, les passionnés d’hypnose voient leur fil d’actualité Facebook ponctué de ses publications tout au long de la journée, et de la soirée. En effet, Philippe Miras est administrateur de plusieurs groupes Facebook, parmi lesquels le groupe HYPNOSE, qui compte près de 8000 membres, le groupe de l’Association Francophone de Nouvelle Hypnose (AFNH)  qui rassemble plus de 3000 passionnés ; et sa déclinaison locale AFHN HYPNOSE PACA.
Le week-end, il dispense des formations…

L’œil coquin et l’humour facile, Philippe Miras partage sa passion de l’hypnose avec générosité, sourire, bonne humeur et l’avis parfois tranché des esprits scientifiques. Ses réponses à nos questions…

Qu’est-ce que la Nouvelle Hypnose ?

Philippe Miras : C’est la partie de l’hypnose ericksonienne ramenée des Etats-Unis en Europe dans les années 1970, par Jean Godin, qui créera ensuite l’Association Francophone de Nouvelle Hypnose dans les années 1990. La nouvelle hypnose, c’est en quelques sorte le sommet de l’iceberg qui mobilise les classiques de Milton Erickson : la profondeur, la stabilité de transe, le somnambulisme hypnotique, l’hypnose profonde… C’est de l’hypnose ericksonienne adaptée à notre époque et à notre société.

Comment se déroule le cursus en hypnose de l’AFNH ?

Philippe Miras : La formation de base, qui se déroule sur une année est proposée et réservée aux professionnels de santé et de l’accompagnement (médecins, coachs, sophrologues par exemple). Il y a 15 jours de formation. Ensuite, à partir de la 2ème année, l’AFHN propose des ateliers de 2 à 3 jours sur des thèmes spécifiques. Par exemple, hypnose rapide et SWAN, que je viens d’animer à Marseille, ou prochainement sur la gestion de la douleur, le traumatisme, ou encore le décryptage de séance avec Antoine Garnier.

Comment se déroulent vos formations d’hypnose rapide ?

Philippe Miras : Je viens de terminer une séance de formation avec l’AFNH de Marseille, sur l’hypnose rapide et le SWAN. La formation comporte 60% de théorie et 40% de pratique environ. Il s’agit de poser les connaissances de base puis de pratiquer de façon intense. Les journées de formation sont denses, avec à minima 2 exercices de pratique par demi-journée. Plus les groupes sont nombreux, plus les participants ont l’opportunité de travailler avec différentes personnes qui ont toutes leurs particularités, leur réceptivité à l’hypnose.

Qu’est-ce que le SWAN en hypnose ?

Philippe Miras : Le SWAN, ou cygne en anglais a été créé par Bob Burns, un thérapeute écossais. Il s’agit d’introduire une transe partielle, de façon rapide, et d’entrer en communication avec l’insconscient de la personne, via sa main…

Quelle lecture conseillez-vous pour découvrir l’hypnose ?

Philippe Miras : Pour une vision globale et synthétique, je conseille le dernier « Que sais-je » d’Antoine Bioy, qui est plutôt bien fait. Le « Guide Pratique d’Hypnose Rapide : comment créer des effets puissants dans la relation d’aide? » de Jordan Verot, qui vient de paraître, est une excellente première mouture pour compléter une formation en hypnose rapide, ou s’y préparer. Enfin, pour les vrais passionnés et grands lecteurs, je recommande les « Collected papers » de Milton Erickson : l’intégrale des articles qu’il a publiés.

Dans son récent livre sur les inductions rapides, Jordan Verot fait référence à vous en parlant du RAC, kesako ?

Philippe Miras : Je vois trois grands principes à appliquer en hypnose par un thérapeute : Rejoindre, Accompagner et Conduire. En fait, il y a des moments où tu dois accompagner sans suggérer et des moments où tu peux suggérer, dans le sens « apprivoiser » que l’on trouve dans le Petit prince, à savoir « créer des liens » pour induire une confiance. C’est la notion de bienveillance inconditionnelle du praticien, comme le soulignait Carl Rogers. Il s’agit de générer un  climat de confiance de créer un bon rapport avec le client/patient. Ainsi, il acceptera les suggestions. C’est une histoire de timing et d’écoute très attentive. Par moment, je ne suggère rien, j’accompagne. A partir du moment où tu essaies de convaincre, tu n’es plus dans le tempo.

Comment reconnait-on un bon formateur en hypnose ?

Philippe Miras : La qualité de la formation dépend en partie du formateur, alors… C’est assez paradoxal, une sorte d’art : il faut de la fluidité. On est entre le semi-directionnel et l’utilisationnel. En somme, en hypnose on a besoin que le patient fasse ce qu’on propose; mais libre à lui de le faire comme il veut et avec le temps dont il a besoin… c’est un peu la même chose en formation. C’est pareil en formation 😉

Comme utilisez-vous l’hypnose dans votre pratique de dentiste ?

Philippe Miras : Je l’utilise tout le temps ! le grand problème à gérer est celui de l’anxiété, pas réellement de la douleur. Parfois, c’est de façon très formelle :  on parle d’hypnose ou on travaille sur une phobie. De plus en plus,  c’est un travail qui semble  » normal  » ou anodin.. On créé de la relation, de la confiance. On fait du détournement d’attention et de la détente…En fait c’est encore plus technique quand on ne se rend compte de rien…

Propos recueillis par Prisca Sêssi, coach hypnose, PNL à Marseille

104 Partages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Philippe Miras, docteur en chirurgie dentaire et formateur en hypnose (interview)”