« Le gardien de la ville » : conte pour changer de vie

médecine holistiqueVoici une histoire que je raconte parfois lors de mes séances d’hypnose, PNL à Marseille. C’est un conte métaphorique qui ouvre les portes du changement, de la transformation pour une vie meilleure. A partager si le cœur vous en dit !

« Le gardien de la ville » : conte pour changer de vie

Il était une fois, dans une contrée lointaine, un homme qui avait pour mission de former le futur gardien de la ville. Lui-même était le gardien de cette cité depuis son plus jeune âge et il savait bien que nul n’est éternel. Assis au pied d’un grand arbre, il attendait les voyageurs pour les accueillir.

Un jour, un homme se présenta à l’entrée de la ville et le gardien lui demanda d’où il arrivait. La ville était inconnue au gardien. Alors il qui demanda au voyageur : « Comment vivent les gens là bas ? » Et le voyageur répondit : « Les gens là bas sont très suspicieux car il y a beaucoup de personnes fourbes et malhonnêtes. Il est très difficile, et même presque impossible de faire confiance à quiconque sans risquer de se faire trahir. J’ai d’ailleurs dû partir dans la nuit, en cachette, sans dire à personne où j’allais afin de ne pas me faire voler toutes les économies que j’emporte avec moi. Je n’ai prévenu personne, et j’espère trouver un endroit où construire une vie meilleure. Comment sont les gens ici ? »

Le gardien le regarda d’un air triste, et lui répondit « Oh malheureux, passe ton chemin ! Ici les gens sont fourbes et malhonnêtes. Vous risquez de vous faire trahir et de devoir vous enfuir en cachette pour ne pas vous faire voler encore. Dans cette ville, la méfiance est de rigueur. Il faut sans cesse être sur ses gardes. »  Alors l’homme continua son chemin après avoir bien vérifié que sa bourse était encore solidement attachée à sa ceinture.

Quelques jours plus tard, un autre homme se présenta à l’entrée de la ville. Le gardien lui demanda d’où il arrivait, et comment étaient les gens dans la cité d’où il venait. Le voyageur répondit  » Rien qu’à y penser, j’ai envie de pleurer. D’où je viens, les gens sont tristes à mourir et il semble que chaque journée qui naît vient apporter son lot d’ennuis. Le ciel est bas et toujours gris, avec des averses régulières et le moral de tous est en berne. C’est la ville où il y a le plus de personnes dépressives, dit-on. Il faut dire que plus personne ne croit en l’amour et que les relations sont désormais toutes superficielles et éphémères. Mais dites moi, comment sont les gens qui vivent ici ? »

Le gardien le regarda avec compassion et lui répondit « Je comprends votre chagrin, et je suis bien malheureux d’avoir à vous répondre. Ici, les gens sont terriblement tristes et mornes. C’est une ville frappée par le malheur, ont dit qu’elle est maudite. Il y a aussi ici beaucoup de personnes déprimées. Il semblerait que la dépression soit un mal d’aujourd’hui et qu’il gagne de plus en plus de ville. Ici non plus, personne ne croit désormais en l’amour… » L’homme le coupa et lui dit : « Ne m’en dites pas plus, mon cœur saigne déjà. Je vais poursuivre mon chemin » et il partit d’un pas lourd, la larme à l’œil.

Quelques jours plus tard, un troisième homme se présenta à l’entrée de la ville. Comme à son habitude, le gardien lui demanda de raconter l’endroit d’où il venait. « D’où je viens, les gens sont menteurs, tricheurs et les femmes infidèles. C’est une ville de dépravés. L’alcool coule à flots et les gens ivres sont nombreux à hurler après les filles de basses vertu qui proposent leurs services à chaque coin de rue. Ces dernières années, c’est la drogue qui commence à faire des ravages. Il est difficile d’y résister tellement les tentations sont partout et que le besoin de s’évader de la réalité est présent ! Mais dis-moi, gardien, comment est la vie ici ? »

Le gardien avait écouté avec attention et répondit : « Il y a beaucoup de personnes qui s’enivrent et se droguent ici, prétextant qu’elles font la fête. Les gens sont réputés fourbes, menteurs et tricheurs et beaucoup de filles sont légères. Les personnes de bonnes mœurs ont fuit la cité voilà quelques années, et la ville se dégrade jour après jour. Passe ton chemin malheureux, tu vas retrouver ici ce que tu viens de quitter ! »

Lorsqu’un quatrième homme se présenta, le gardien lui demanda comment était la ville d’où il arrivait. Et il répondit « Je viens d’une ville qui n’est pas parfaite, mais les gens y sont accueillants et surtout très bienveillants. C’est une ville d’entraide et chacun vit en respectant l’autre. Il y a des personnes différentes; originaires d’un peu  partout dans le monde, et qui vivent en harmonie. Cela créé beaucoup de richesses. J’ai rencontré beaucoup de personnes remarquables et j’ai appris beaucoup. Et puis un jour, ayant entendu tous ces formidables récits de voyage, j’ai eu envie de moi aussi partir à la découverte du monde. Je me suis arrêté dans 4 villes déjà, avec toutes leurs charmes et leurs particularités. Je reste quelques jours, quelques semaines, quelques mois en fonction des rencontres que je fais et des possibilités pour moi de travailler. Je rêve de rencontrer l’amour et je me demande bien si c’est ici que ma bien aimée vit. Un jour, sans doute, je trouverai un endroit où rester où je retournerai chez moi. Dites-moi, cher gardien, comment sont les gens ici  ? »

Le gardien, souriant, ouvrit grand ses bras pour souhaiter la bienvenue au voyageur : « Vous allez vous plaire ici cher homme. Nous allons vous aider à porter votre sac, il faut vous reposer. Ici vous serez bien : les gens sont généreux, bienveillants et accueillants. Beaucoup de personnes d’origines différentes vivent ici en harmonie ! L’ambiance est légère et paisible mais il y a aussi très souvent de belles occasions de célébrer. C’est une ville joyeuse où il fait très bon vivre. Soyez le bienvenu ! » Le jeune gardien en formation s’empressa de prendre les valises du voyageurs et de l’accompagner à l’entrée de la ville.

Puis il retourna auprès du gardien et lui demanda : « Pourquoi as-tu dit au premier homme que les gens ici sont fourbes et malhonnêtes, au second voyageur qu’il sont tristes et mornes, au troisième qu’ils sont dépravés et à cette dernière personne que les gens sont généreux, bienveillants et accueillants ? » Le gardien lui répondit : « On ne change pas de vie sans changer son regard. Là où tu vas, tu t’emportes avec toi »

Prisca Sêssi, hypnose, PNL, communication et énergétique à Marseille

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *